Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La French; Cédric Jimenez

La French Connection, c’est l’un des gangs les plus redoutables de l’histoire du grand banditisme français, cruel et n’hésitant pas à user de la violence. À sa tête Gaëtan Zampa, une figure emblématique et  intouchable de cette organisation, originaire de la région de Naples. Véritable roi à Marseille, il contrôle tout, même la police locale.

Le juge Pierre Michel, jeune magistrat venu de Metz avec son épouse et ses enfants, est nommé à Marseille, juge pour mineurs puis juge du grand banditisme. Il va faire de La French Connection sa priorité absolue.

Entre Zampa et le juge Michel s’instaure un implacable duel qui va se terminer par l'assassinat du juge en octobre 81 et le suicide de Zampa en août 84.

Voilà pour l’histoire !

Duel...

Duel...

Le film, c’est celui de Cédric Jimenez dont la mise en scène (à la Scorsese),  quoiqu’un peu jeune, est tout de même excellente,  juste et énergique. L’histoire se met en place rapidement et on entre très vite dans le contexte historique de la pègre marseillaise  des années 75/81.

Tout y est : les voyous, les flics et les ripoux !

La French; Cédric Jimenez

La french, c’est un film de gangsters dans la plus pure tradition comme j’en n’avais plus vu depuis longtemps et dans lequel on aurait pu imaginer le duel Ventura/Delon, Al Pacino/De Niro ou  encore Hackman/Rey...

Et bien non, on retrouve les solides et investis, Jean Dujardin dans le rôle du juge Michel et Gilles Lellouche dans la peau de Gaëtan Zampa. 

J’ai beaucoup aimé, outre l'histoire,  le charisme des deux acteurs principaux, la justesse des deux rôles féminins, la musique, les prises de vue du vieux Marseille et la magistrale confrontation Dujardin/Lellouche (une seule scène ensemble).

Un grand film policier français et un sérieux travail de reconstruction historique.

A voir absolument sans le comparer à ce qui a déjà été fait…

François Checci (assasin du juge Michel) à son procès

François Checci (assasin du juge Michel) à son procès

Tag(s) : #7ème art d'Iris