Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le cerveau de Kennedy ; Henning Mankell

Elle repoussa les lettres et sortit. La mer grise dansait au loin, en contrebas le perroquets montaient la garde dans les eucalyptus. p118

Etrange sentiment à la clôture de ce livre, et pour le deuxième Mankell que je lis, toujours pas de Wallander. Les pratiques dénoncées sont perturbantes entre Suède et Mozambique.

Louise Cantor, archéologue est la seule à trouver suspecte la mort de son fils et va chercher et assembler les pièces d'un puzzle qui va la faire voyager  du continent européen à l'Afrique en passant par l'Australie au cœur de l'origine de l'homme et au drame du sida et à ses ravages en Afrique.

Pourtant Henrik était mort, Aaron avait disparu, des ombres flottaient dans la nuit, des gens qui pour une raison ou une autre les surveillaient, elle et Aaron. p205

Une enquête dans laquelle Louise va souvent se perdre, entrainant dans cette histoire les  hommes de son passé : expérimentations médicales douteuses, complot, suspense, disparitions, et la recherche d'une vérité difficilement cernable.

J'ai été touchée par l'attitude de cette femme face à la perte de son fils. Elle ne désespère jamais mais j’ai un sentiment mitigé à la fin de cette lecture, description des lieux parfaite, mystère entretenu, le rythme est traditionnel, mais je n’ai pas compris le lien avec le cerveau de Kennedy et l’histoire est assez confuse et difficile à suivre. Je n'ai pas été convaincue ni par l'énigme, ni par l'enquête et la résolution de celle-ci. Je me suis même un peu ennuyée : un comble pour un amateur de cet auteur !

Tag(s) : #Iri's reading