Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le jour où j’ai appris à vivre ; Laurent Gounelle

Un petit séjour à l’hôpital pour une vésicule qui n’en faisait qu’à sa tête et l'occasion de recevoir en cadeau ce bouquin de Laurent Gounelle. Entre parenthèse et après lecture, je refuse de chercher à comprendre le message subliminal de ce cadeau...

 

Le jour où j’ai appris à vivre ; Laurent Gounelle

Mais d'abord un mot sur Laurent Gounelle. Diplômé en sciences économiques et commerce extérieur, il entre dans le monde de l’entreprise en 1988.  Ne se sentant pas heureux dans sa vie, il décide de se former à la psychologie et au développement personnel en France et aux Etats Unis. Il devient consultant en relations humaines, auprès d’entreprises en œuvrant pour l’amélioration des relations entre les personnes, l’épanouissement au travail. Il exercera ce métier pendant 15 ans avant de prendre la plume en 2006 pour écrire son 1er roman : « Lhomme qui voulait être heureux » qui est  devenu  un best-seller mondial.

L’Homme… carbure à l’optimisme et à l’humanisme, réhabilite le rêve !

http://next.liberation.fr/vous/2009/10/07/le-bienveillant_586182

Mais revenons à nos moutons…

Jonathan, assureur vit sa vie jeune papa divorcé de façon intense sans se poser trop de questions. Bouleversé par la révélation effrayante d’une bohémienne, il va revoir entièrement ses priorités et son regard sue les autres. Guidé par sa tante, personnage débordant de sagesse, il devient un autre homme bien décidé à faire le bien autour de lu, et à poser un regard différent sur tout ce qui l’entoure.

Repère géographique : la 101 longe la cote ouest des Etats UnisRepère géographique : la 101 longe la cote ouest des Etats Unis

Repère géographique : la 101 longe la cote ouest des Etats Unis

Mon avis

J’avais déjà lu un Gounelle, je retrouve ici  le même esprit positif, une lecture  facile, douce qui fait du bien. Il enrichit son roman  de nombreuses réflexions  philosophiques et historiques – tel que la mort de Catherine de Médicis p. 48 ou la sagesse du vieil indien p.105 - 

On y parle de relation à l’autre, d’écologie… Bref, cette jolie histoire donne à réfléchir sur l’essentiel et sur la nécessité de bien se connaître pour avoir des réactions pertinentes en toutes circonstances de la vie, réactions bien sur qui ne doivent pas blesser. Faire plaisir pour se faire plaisir !

Que l’on soit adepte du développement personnel ou pas, on ne peut que s’identifier à ce Jonathan mais aussi à ceux qui l'entourent. On est tous quelque part une Angela, un Jonathan ou un Mickael... Écrit comme une histoire banale, ce roman fait  réfléchir sur sa propre vie, sa propre relation à l'autre et sa propre perception du bonheur.

Et, on aimerait bien avoir une tante Magie dans son entourage…

Belle découverte et bon moment de lecture.

Extrait n°1

Tes parents t’aimaient mais ne savaient te le dire.  p252

Extrait n°2

Le luxe est l’indemnité compensatoire d’une estime de soi  foireuse. p 266

J’aime être en phase avec les autres et en paix avec moi-même. Je me sens bien quand mes actes expriment ce que je suis ; p 266

Tag(s) : #Iri's reading