Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Six fourmis blanches ; Sandrine Collette

Lui, c’est Mathias, le sacrificateur,  qui offre aux esprits de la montagne des chèvres minutieusement choisies, afin d'apaiser leur courroux et d'attirer leur clémence. Il est craint et respecté à la fois, même par le vieux Carche, le chef d'un clan mafieux qui règne sur la région…

Elle, c’est Lou, une jeune et pétillante paysagiste, venue passer des vacances avec Elias, son amoureux. Un organisme de tourisme leur offre ainsi qu’à 4 autres touristes, un trekking dans les montagnes d'Albanie afin de tester leur nouveau programme.

Et nous voilà parti pour un trek hivernal dans les montagnes d’Albanie. Très vite l’enthousiasme de ce petit groupe accompagné d’un guide de haute montagne va se transformer en cauchemar !

http://www.montagnespaces.com

http://www.montagnespaces.com

Mon avis

De la neige, de la poudreuse, des crevasses, du brouillard, on en avale… des émotions, des frissons, du suspense, une météo qui vire au cauchemar,  on en a dans ce livre du début à la dernière page. Deux récits en parallèle narrés à la 1ère personne qui finiront par se rejoindre pour nous livrer une chute des plus étonnante.

J’ai aimé l’histoire, l’écriture fluide et simple pour un polar terriblement efficace.

Le rythme soutenu aidé par une construction à deux voix tient en haleine et permet de se vider la tête.

Sensations garanties !

Sandrine Collette in http://plume-libre.com

Sandrine Collette in http://plume-libre.com

Extraits

Six fourmis blanches avancent dans la neige et la glace, leurs silhouettes détachées comme celles de nomades sur les dunes du désert. p 170

 

C’est la nuit et ce n’est pas la nuit. Il neige à nouveau de temps en temps, des averses qui donnent des gifles, et mes vêtements sont mouilles, mes cheveux aplatis sous le bonnet. Je suis exténuée, usée par le sentiment de ne pas avancer, de ne pas progresser, de ne plus rien attendre. P 156

 

Continuer à marcher, sans réfléchir. Des minutes qui paraissent des heures. Mon cerveau n’enregistre même plus que les garçons se sont arrêtés devant. Quelle heure est-il ?

Mais le matin ou la nuit, quelle importance. Déjeuner ? Dormir ? p 209

 

Tag(s) : #Iri's reading