Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La sorcière, C Lackberg ; 2017, Ed Actes Sud

La sorcière, C Lackberg ; 2017, Ed Actes Sud

Et voilà le 10ème opus de Camilla Lackberg !

Si vous suivez mon blog, vous savez que je suis un fan de cette auteure suédoise. J’attendais donc son nouveau polar avec impatience. Je les ai tous lu ! Ils mettent en scène les mêmes personnages : Erika Falk, l'écrivaine, Patrick Hedström, son compagnon, inspecteur de police et leurs enfants, Anna et Dan (sœur et beau frère d’Erika), Martin, Gosta, Paula, Annika et Mellberg, les collègues de travail de Patrick. Les lire dans l'ordre permet de suivre, en parallèle de l'intrigue, l'évolution personnelle de chacun...

Déjà toute petite, j'avais cet attrait morbide pour la face sombre de la nature humaine et je m'intéressais à tout ce qui faisait peur

Camilla Lackberg

Résumé

La petite Nea, 4 ans est retrouvée morte au même endroit qu’une autre petite fille, Stella,  morte assassinée 30 ans plus tôt. Nea et sa famille habitent la maison où vivaient Stella et sa famille. A l’époque, deux adolescentes Marie et Helen ont été reconnues coupables. Helen vit toujours dans les alentours de Fjallbacka et Marie vient d’y revenir pour le tournage d’un film. Beaucoup de coïncidences pour Patrick et Erika qui vont mener l’enquête, chacun à sa manière, aidés en cela par leurs collègues du commissariat.

Camilla Läckberg, nous avait habitué à livrer deux histoires en parallèle, une dans le présent et l’autre dans le passé. Dans La sorcière trois époques se croisent : l’affaire principale, celle de la mort de Nea, celle du passé proche avec l’affaire Stella, et encore plus loin avec l’affaire Elin en 1672. Un lien existe-t-il entre ces trois périodes ?

A côté de l’affaire principale, une intrigue secondaire mêlent Syriens et Suédois et, bien sûr, la vie quotidienne d’Erica et Patrick et de chacun des protagonistes. En filigrane, l'auteure traite avec intelligence la problématique de l’immigration, du harcèlement et de la maltraitance, de l’homosexualité, de la culpabilité, de la bêtise humaine...

Lost at sea, Natalie Shau, 2017

Lost at sea, Natalie Shau, 2017

Mon avis

 

Quel plaisir de retrouver Erika Falk et Patrick Hedstrom dans une enquête  intéressante, bien ficelée, et addictive.  Les suspects se bousculent, les rebondissements structurent un récit parfois cruel stigmatisant ainsi les travers sordides de notre société. La construction est parfaitement équilibrée, sans temps mort. Les personnages sont justes.

Du côté sombre et torturé de l’adolescence au narcissisme de l'actrice capricieuse, de la terreur de la mère de famille au harcèlement, l’auteur nous amène à découvrir d’une main de maitre l'issue de cette enquête.

J’ai retrouvé Camilla Lackberg dans son style, avec un peu plus de force et de maturité.

 

Camilla Lacberg par Pamela Pianezza (http://www.tessmag.com/2012/11/01/interview-camilla-lackberg-recettes-de-vie/)

Camilla Lacberg par Pamela Pianezza (http://www.tessmag.com/2012/11/01/interview-camilla-lackberg-recettes-de-vie/)

Un très bon cru qui se défend plutôt  bien !

Extraits

Beaucoup les considéraient comme un duo mal assorti mais, en fait, elles avaient été comme deux pièces d’un puzzle qui s’emboitent. Chacune avait trouvé chez l’autre ce qui lui manquait, ce qui leur avait donné à toutes les deux une raison de vivre. Elles s’étaient épaulées dans leurs soucis, les rendant plu légers à porter.  p 295

Au fond ce n'était pas difficile. Il ne fallait pas une intelligence supérieure pour calculer comment faire le plus dégâts possible. p 657

Tag(s) : #Iri's reading