Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ed. Les Escales, 2016. Traduit par Aude Carlier

Ed. Les Escales, 2016. Traduit par Aude Carlier

Résumé

 

Après un drame familial très éprouvant, Lex Henderson quitte sa vie d'avant et part s'isoler à Wallaces Point afin d’échapper à des souvenirs douloureux. Les promenades sur la plage et la contemplation de la nature lui permettent de reprendre goût à la vie. Il fait alors la connaissance de Callista Bennett, artiste locale, elle aussi blessée par la vie. Tous deux ont abandonné l’espoir de trouver un jour l’amour. C’est compter sans les surprises que peut réserver la vie tout simplement.

Great Ocean Road, Australie

Great Ocean Road, Australie

Mon avis

Je savais que La Maison des hautes falaises me plairait car vous le savez maintenant, j'ai un attachement particulier pour l'Australie. Et, comme les 2 autres romans de karen Viggers,  celui-ci m'a transportée sur la côte australienne. J'ai été séduite par la plume touchante et poétique de l'auteure et émue par les personnages de Lex et de Callista qui tentent de s'arracher à un passé traumatisant. Leur relation, passionnelle mais timide, marquée par leurs blessures respectives, est touchante de tendresse et de sincérité. Les autres protagonistes sont authentiques et attachants. 

La maison des hautes falaises est un très beau roman, écrit tout en douceur et en pudeur. Les descriptions nous font vivre et ressentir les lieux, les paysages, les émotions des personnages. Au-delà de l’histoire de Lex et de Callista, de leurs chemins qui se croisent et de leurs douleurs respectives, il y a l’histoire de ce grand cétacé qu'est la Baleine à bosse, de sa chasse, de sa protection et de son sauvetage. On finit par se laisser porter par ce roman qui traite à la fois de la vie, du poids du passé, du deuil, de la reconstruction de soi, de la résilience avec en toile de fond les grands espaces australiens et les grands mammifères marins.

Un bon moment de lecture !

Un merveilleux roman d'amour, secoué par la houle des sentiments et les vents contraires de la vie.

Nathalie Six, Avantages

Great Ocean Road, Australie

Great Ocean Road, Australie

Extraits

 

La musique, c'était toujours mieux que les mots. Une façon d'être simplement ensemble, sans avoir besoin de se dire quoi que ce soit. p 72

 

Au delà de la barrière de sable, il entendait le ressac étouffé de la mer. Au bord du lagon, les vaguelettes léchaient la plage paisiblement. Dans le ciel bleu-noir de ce début de soirée, quelques étoiles scintillaient. Loin, de l'autre côté du lagon, des cygnes sifflaient et trompétaient par intermittences. De temps en temps, un poisson sautait. Et toujours le flux et le reflux régulier de la mer. p 250

 

La vérité est toujours là, sauf qu'on la perd parfois de vue dans le brouillard de nos orages internes. Il faut des événements importants pour qu'on l'aperçoive de nouveau. Puis il y a des moments de lucidité intense où le chemin paraît si évident qu' on se demande comment on a pu s'égarer. p 487

 

 

 

 

Nageoire caudale d'une baleine à bosse (in RFI copyright CetaMada J Loncle)

Nageoire caudale d'une baleine à bosse (in RFI copyright CetaMada J Loncle)

Tag(s) : #Iri's reading