Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ed MARAbulles, Hachette Livre, 2018

Ed MARAbulles, Hachette Livre, 2018

Vous savez maintenant que j’aime lire des romans graphiques. Ma belle-sœur m’a offert Elle s’appelait Sarah, tiré du roman de Tatiana de Rosnay écrit en 2007.

Mais savez-vous quelle est la différence entre une BD et un roman graphique ?

En quelques mots voilà ce qu’on trouve sur le roman graphique :

• présente souvent un nombre de pages plus important qu’une bande dessinée jusqu'à 200 ou 300 pages
• offre une histoire qui se termine souvent en un seul tome, pas de sérialité
• aborde généralement des thèmes touchant plus souvent à l’intime, au récit de vie, à la biographie
• ne présente pas une forme unique, couverture rigide ou souple, petit ou grand format : il existe presque autant de romans graphiques que de formes contrairement aux BD qui ont un format standardisé
• prend souvent plus de liberté en matière de création graphique (le plus souvent en noir et blanc)

Si chacun peut en donner une définition personnelle, je dirai que le roman graphique est à l'adulte ce que la bande dessinée est aux enfants, une autre forme de littérature !

Mais d’aucun dirait qu’il s’agit là de pur snobisme !

p 17

p 17

Résumé

 

Bref, ceci dit, on connaît tous le célèbre livre de T. de Rosnay, Elle s’appelait Sarah. On a tous vu l’adaptation au cinéma, et bien, c'est au tour de la bande-dessinée de nous faire revivre avec beaucoup d'émotion l'histoire de Sarah et de son frère Michel,  ainsi que celle de tous les autres enfants qui ont foulé le sol du Vél d'Hiv en juillet 1942.

p 104

p 104

Mon avis

 

Quand on m’offre un livre je suis heureuse, quand on m’offre ce genre de livre, puissant, émouvant, fidèle, je suis aux anges et je suis toujours très curieuse de découvrir l'adaptation graphique d’un roman que j’ai lu.

Merci Hélène !

Je n’ai pas fini en larme comme on aurait pu le croire mais, le scénario est fidèle au roman et conserve l'alternance passé/présent du récit originel. J'ai beaucoup aimé !

 

Le graphisme est particulièrement beau, expressif, doux et sans concession avec un jeu de couleurs impressionnant d’émotions. Des grandes ombres noires, longilignes, sans visages distincts, particulièrement angoissantes, représentent les policiers français  impliqués dans cette rafle alors que la tête de Sarah apparait en jaune d'or, (rappel du jaune de l'étoile juive), ainsi que celles de sa famille et tous ceux qui l'ont aidée dans cet enfer. Comme autant de rayons de rayons de soleil dans ce monde de grisaille...


Si vous n’avez pas lu le roman de Tatiana de Rosnay, si vous n’avez pas vu le film, ou tout simplement pour lire autrement, offrez-vous ou faites-vous offrir ce roman graphique pour ne pas oublier les milliers de victimes innocentes, conséquences de la barbarie des hommes.

Devoir de mémoire essentiel !

 

p 43

p 43

P 202

P 202

Un roman graphique est une bande dessinée qui nécessite un marque-page

Art Spiegelman

In https://pascalbressonbd.weebly.com/elle-sappelait-sarah.html

In https://pascalbressonbd.weebly.com/elle-sappelait-sarah.html

Tag(s) : #Grafic novel, #Iri's reading