Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ed VIA DOMITIA ; illustrations et photo de l'auteur

Ed VIA DOMITIA ; illustrations et photo de l'auteur

Toujours à la recherche de nouveaux recueils de haïkus, j’en savoure le contenu et je participe au soutien des petits éditeurs dans ce monde intimiste de la poésie japonisante. Les Extraits ordinaires, de Daniel Birnbaum, préfacés par Daniele Duteil, font partie de ceux-là.

Dans cet opus, au sous-titre évocateur (Si peu pour temps), l’auteur, poète haïjin, confie au travers quatre chapitres ses mots de l’ici et maintenant en évoquant subtilement le temps qui passe.

 

page 28

page 28

Il pleut toujours en gris ;  nous sommes de passage et la vieillesse fait partie de la vie. Le temps n'est qu'une succession de moments magiques.

Entre un souffle de vie

et un souffle du vent

seul sur son banc

****

elle tricote

ses pensées

dans le sens des aiguilles

****

les nuages dessinent

des visages des lettres

ou des animaux

pour mieux nous préparer

à l’inconstance des choses

page 58

page 58

Si peu pour guide ; « réveil. Mais pourquoi alors ce « r » alors que dans la langue française le « r » appelle (ou rappelle) une action qui se renouvelle. Or qui veut se ré-veiller ? Il est déjà bien assez pénible d’avoir à le faire une fois tous les matins".

le papillon

on dirait le hasard

prenant son vol

****

j’écris des silences

sur des pages envolées

longtemps disparues

les serments d’hier ne sont

que les mots des vents d’automne

page 71

page 71

Tout le reste est à faire ; une femme, sa femme, sa compagne, partie…des mots tendres, des haikus et des tankas pour dire l’absence.

vent d’automne

le grand parapluie noir

plus près du ciel

J’aime entendre tes rires

Jusque dans les gouttes d’eau

****

partie

en claquant la porte

le bruit du vide

page 107

page 107

ComplémenTerre ; dans ce recueil qui fait écho en moi par son atmosphère et ses thèmes, l’auteur transforme en petites pépites, haïkus et tankas qui n’ont vraiment rien d’ordinaires. J’aurais aimé les avoir écrits tous… ces mots émeuvent, surprennent par le sentiment de déjà vécu. Une merveille !

ciel d’automne

la carpe koï

à l’assaut des nuages

****

mai 2020

sous l masque

la plage

****

bien rangés dans la boite à gants

pour la première fois

des gants

 

Tag(s) : #Iri's reading, #Hai-coup de coeur