Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Temps glacières; Fred Vargas

J'aime les polars, vous le savez maintenant, je termine 3 semaines de vacances et il fait une chaleur impressionnante… 

Autant de raisons pour lire le dernier roman policier de Fred Vargas, Temps glaciaires...

L'histoire se passe pour partie en Islande et a, entre autre, pour protagonistes, des membres de l'Association d'Étude des Ecrits de Maximilien Robespierre... De quoi glacer le sang ! 

Depuis qu’on laissait pousser les mauvaises herbes sur les grilles des arbres à Paris, Adamsberg déviait souvent ses pas pour passer sur ces grilles, infimes espaces de sauvagerie.

p. 68

Alice Gauthier, est retrouvée, les veines ouvertes, "suicidée" dans sa baignoire. Or, une semaine plus tôt, elle a voulu elle-même poster une lettre destinée à un certain Amédée Masfauré, mais elle a fait un malaise en cours de route. La lettre a tout de même été postée par une passante qui lui a porté secours  et qui a enregistré l'adresse dans sa mémoire.

Cette mort intrigue le commissaire Bourlin qui en parle à Adamsberg, le héros de Vargas. Danglard, son acolyte, doit pouvoir l'éclairer sur un signe mystérieux qui a été tracé sur le bord de la baignoire de la défunte…

Un troisième "suicidé" est retrouvé dans son appartement du 15ème arrondissement de Paris… et sur une plinthe gravé à la pointe du couteau, le signe mystérieux... qui pourrait être une guillotine symbolisée...   

Voilà comment se présente ce qui est décrit comme une  pelote d'algues que le commissaire Adamsberg  doit démêler, fils qui passent par l'Islande, Le Creux et l'Association d'Étude des Ecrits de Maximilien Robespierre.

Pierre, eau, oiseaux. Il s’inclina sur le banc qu’il avait choisi, mains croisées sous la nuque, surveillant le ciel, repérant les mouettes les plus dociles.

P. 209

J’ai beaucoup aimé  ce polar qui ne faiblit pas de la première à la dernière page. Les personnages sont forts, passionnés, hauts en couleurs, comme Céleste et Marc, son sanglier ou encore Victor, rustre et méfiant. J’ai appris beaucoup sur Robespierre (notons au passage la performance historique de Vargas).  Les reconstitutions des séances parlementaires de la Révolution sont intéressantes,  les scènes islandaises sont enveloppées de brumes et de légende,  les repas pris à l'Auberge du Creux font monter l'eau à la bouche...

Bref un excellent moment, une lecture facile, une écriture agréable et un réel plaisir de retrouver Adamsberg, Danglard, Retancourt et le reste de l'équipe.

Les peurs qui prolifèrent dans le doute, comme des champignons dans une cave, ne peuvet être expulsées que pas une connaissance certaine.

p.487

Adamberg rentra chez lui à pied. Avant d'ouvrir la petite barrière, il regarda sa paume. Il n'est pas donné à tout le monde de serrer la main à Robespierre;

p.488

Tag(s) : #Iri's reading