Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pars avec lui ; Agnès ledig

Elle, c’est Juliette, infirmière  en réanimation

Lui, c’est Romeo, jeune pompier professionnel, en intervention sur un feu

Le balcon, c’est la nacelle de la grande échelle

L’intrigue, des histoires d’amour : entre Juliette, victime d’un mari violent, et Romeo qui élève seul sa jeune sœur Vanessa,  entre les grands parents de ces deux-là vivant dans la même maison de retraite, et enfin entre Vanessa et Guillaume, l’infirmier-patissier, meilleur copain de Juliette.

Tous écorchés par la vie !

Mon avis

J’ai découvert Agnès Ledig avec ce roman. Ecriture simple, voire minimaliste qui raconte une tranche de vie avec une approche humaine, teintée de respect et d'amour. Elle aborde des thèmes du quotidien : l’enfance difficile, la procréation assistée, la violence conjugale, la maladie, le handicap. Elle parle d'amour, d'espoir, de deuil, de regrets. Mais tout cela reste superficiel, un peu trop dégoulinant de bons sentiments, et bien trop prévisible.

J'ai lu ce roman avec une attention particulière mais vraiment,  c'est une histoire rocambolesque et peu crédible. Facile à lire, l'histoire est un peu simpliste et les coïncidences sont trop tirées par les cheveux. Le choix des prénoms m'interpelle et ne rend absolument pas hommage à Shakespeare. Quand au thème principal de la violence conjugale, on a du mal à y croire !

Roman qui se lit vite, (j’avoue avoir lu certains passages en diagonale) mais qui ne laisse pas de souvenir indélébile.

 

Extraits

Je suis restée assise un bon moment sur cette chaise abandonnée dans un coin de vestiaire. Je ne sais pas qui était la plus abandonnée de nous deux, mais bizarrement, alors que je n’avais aucune raison, j’ai ressenti un grand moment de solitude et j’ai regardé longuement dans le vide, sans savoir quoi penser.  

p 135

Vous croyez encore au hasard ? Quel conformisme, jeune homme ! Sortez des sentiers battus et ouvrez les yeux, il n’y a aucun hasard dans la vie, aucun. Le destin est tracé pour nous et pour de bonnes raisons.

p 210

Peut-être bien qu’elle regarde l’univers droit dans les yeux pour lui demander si c’est si grave que ça d’imaginer que ça s’arrête après elle, si ce sont les enfants qui constituent leurs parents ou si chacun au final n’est qu’un élément indépendant formant un tout. Mais si elle fait partie du tout, elle n’est pas rien. Avec ou sans enfants. p 312

 

Tag(s) : #Iri's reading