Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ed. Roman.Grasset, 2017

ed. Roman.Grasset, 2017

La tresse est le premier roman de Laetitia Colombani. Il retrace le destin de trois femmes courageuses et déterminées, et tresse habilement les liens entre ces femmes que tout sépare en apparence : trois femmes (Smita, Giulia et Sarah), trois continents (l’Asie, l’Europe et l’Amérique du nord), trois pays (l’Inde, l’Italie et la Canada) trois destins. Chacune des trois va être confrontée à un événement qui va modifier le cours de son existence, la conduire à  accepter les évènements et se battre contre l’adversité.

La tresse, les cheveux, quel lien entre ces trois protagonistes ?

La tresse, les cheveux, quel lien entre ces trois protagonistes ?

Un grand roman féminin et féministe sur la résilience et le courage

Valérie Gans, Le Figaro

Mon avis

 

Ces 3 femmes m’ont touchée, chacune à leur manière : Smita par sa condition d’intouchable et ses conditions de vie misérable, Giulia pour l’amour qu’elle porte à son père et l’énergie qu’elle déploie pour sauver l’entreprise familiale et Sarah, avec qui je partage la lutte contre la maladie. J’ai eu du mal à trouver le lien entre ces trois femmes mais une fois dévoilé, il m'est apparu comme une véritable évidence…

J’ai beaucoup aimé ce livre et ces trois histoires tressées. Les trois personnages du roman sont des femmes fortes, dignes, qui doivent se battre pour faire face à leur destin, serrer les dents et les poings. L’écriture est fluide, intéressante et la succession rapide des chapitres rendent la lecture addictive.  C’est un livre qu’on peut offrir sans trop se tromper, il plait et plaira. Les personnages sont forts et courageux. Le lien qui les unit, absolument magnifique, nous rappelle qu'une petite chose peut changer la vie de quelqu'un.

Une belle histoire féministe sur la résilience pour un roman qui se lit facilement et rapidement.On ressort de cette lecture avec de l'espoir à revendre.

A lire absolument ! 

https://www.babelio.com/auteur/Laetitia-Colombani/433135/photos

https://www.babelio.com/auteur/Laetitia-Colombani/433135/photos

Extraits

 

Voilà prés d’un siècle que la famille vit de la « cascatura », cette coutume sicilienne ancestrale qui consiste à garder les cheveux qui tombent ou que l’on coupe, pour en faire des postiches ou perruques. Fondé en 1926 par l’arrière grand père de Guilia, l’atelier Lanfredi est le dernier de ce type à Palerme. Il compte une dizaine d’ouvrières spécialisées qui démêlent, lavent, et traitent des mèches envoyées ensuite en Italie et dans toute l’Europe.

p 26

 

Sarah le sait maintenant : elle est stigmatisée. Dans une société qui prône la jeunesse et la vitalité, elle comprend que les malades et les faibles n’ont pas leur place. Elle qui appartenait au monde des puissants est en train de basculer, de changer de cap.

p 160

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Iri's reading