Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La fille du train ; Paula Hawkins

Rachel a tout perdu le jour où elle est devenue alcoolique : son mari (Tom) l’a quittée pour sa maîtresse à qui il a fait un enfant. elle n’a plus d’ami, elle a perdu son job. Pour donner le change à sa colocataire, elle prend le train deux fois par jour pour Manhattan pour faire croire qu’elle travaille encore. Là, elle passe devant son ancienne maison habitée par Anna et Tom et devant celle de ses voisins, Megan et Scott. Ils sont tout ce qu’elle a perdu : beaux, heureux, amoureux. Elle ne se lasse pas de les observer.

Le lendemain d’une cuite, Rachel se réveille couverte de sang, blessée et sans aucun souvenir de sa soirée. Le problème c’est que Megan, de son côté, est introuvable… Mais quand l'alcoolisme et les vieux démons s'invitent, comment distinguer le vrai du faux ?

Et voilà le scénario campé pour un thriller psychologique intéressant, parfois un peu long, mais très addictif !

 

Les manques de ma vie seront éternels. Il faut grandir autour d’eux, comme des racines d’un arbre autour d’un bloc de béton ; on se façonne malgré les creux.

Mon avis

C’était impossible de passer à coté de ce 1er roman de Paula Hawkins car il a fait un véritable carton en 2015.

Et pourtant, j’ai bien failli stopper la lecture au premier tiers car les 3 protagonistes, Anna, Megan et Rachel sont mal dans leur peau, égocentriques, instables, infidèles. C'est un peu ennuyeux et je ne voyais pas évoluer l’intrigue. Finalement, le contexte assez original du train et le  sujet sensible de l'alcoolisme m’ont conquise. En fait, c'est à partir d'un trou noir provoqué par l'alcool que l'enquête commence et que la protagoniste principale essaye de se souvenir. On accompagne, dans ce thriller finalement intéressant, Rachel dans ses efforts pour se souvenir et, au delà, arrêter de boire, ou l'inverse !

J’ai bien aimé la construction de l’intrigue sur le rythme biquotidien (matin et soir) des allers-retours du train et le changement de narratrice à chaque chapitre, l’alternance du présent et du passé, les points de vue différents. On finit par ne plus savoir qui dit vrai...

Très bon moment de lecture malgré la lenteur ambiante  !

 

Extraits

La vie n’est pas un paragraphe et la mort n’est pas une parenthèse.

Les parents se fichent de tout, à part de leurs enfants. Ceux-ci sont pour eux le centre du monde, la seule chose qui compte vraiment. Plus personne d’autre n’a d’importance, ni la souffrance, ni le bonheur des autres, plus rien n’est réel.

Je suis bien consciente qu’il n’existe pas travail plus important que d’élever un enfant, mais, le problème, c’est que ce n’est pas un travail valorisé.

Soyons francs, encore aujourd’hui, la valeur d’une femme se mesure à deux choses : sa beauté ou son rôle de mère. Je ne suis pas belle, et je ne peux pas avoir d’enfant. Je ne vaux rien

 

Tag(s) : #Iri's reading